Traversée des Pyrénées Longitude Zéro

Intro

Le vendredi 9 Août 2019, nous sommes partis mon ami Nicolas et moi-même pour 9 jours de marche dans nos belles Pyrénées afin de les traversée en large. Nous avons nommé cette expérience Traversée des Pyrénées Longitude Zéro.

Notre objectif : rallier la ville de Lourdes (dans les Hautes Pyrénées) à la ville d’Alquezar (province d’Aragon en Espagne) tout en restant au plus proche du Méridien de Greenwich.

Pour cela, nous nous sommes inspirés du livre Pyrénées Longitude Zéro de Bruno VALCKE paru chez Rando Editions.

Nous avions donc pour objectif de parcourir environ 180km et 11 000m de dénivelé cumulé. Sur ces 9 jours de randonnée, nous avons profité des magnifiques paysages des Pyrénées. Même si la météo n’a pas toujours été clémente avec nous.

Ci-dessous, le tracé du parcours initialement prévu, en ligne quasi droite de Lourdes jusqu’à Alquézar.

Trajet initialement prévu le long du Méridien de Greenwich

Vous verrez à travers mon récit que ce trajet a quelque peu été modifié au fil des étapes, soit à cause de la mauvaise météo qui ne nous permettait pas d’avancer par les endroits prévus, soit parce que les chemins prévus étaient complètement recouverts d’herbes ou arbustes hyper piquants (Genêt horrible Erizón), et donc introuvables.

Allez sans plus attendre, je vais vous raconter notre périple!

Pyrénées Longitude Zéro Etape 1 – 9 Août 2019 : Lourdes – Hautacam

« C’est en partant comme un vieux qu’on arrive comme un jeune »

Moi-même 😉

La première étape de ce périple nous faisait rallier la ville de Lourdes à la station de ski du Hautacam. Le Mérdien de Greenwich ne passant pas par la ville de Lourdes, nous avons décidé de modifier le lieu de départ et avons commencé à marcher au village d’Ayné, qui lui se situe sur le Méridien. Nous sommes donc partis pour cette première étape de notre traversée de Pyrénées longitude zéro à 10h du matin le 9 Août 2019 et avons avalé 24km de sentiers et 1700m de dénivelé cumulé positif avec nos sacs de 18kg!

Une superbe étape qui passe par le Soum de Basta et qui offre une vue imprenable sur Lourdes, sur la vallée des Gaves mais aussi sur tous les beaux sommets environnants comme par exemple le Pic du Jer, le Pibeste, le Pic du Midi d’Arrens, et bien d’autres encore…

La journée a été difficile car la chaleur, l’humidité et nos sacs chargés à bloc nous ont bien ralentis. Mais cela valait bien le coup car nous avons eu de très beaux paysages à admirer, notamment lorsque les nuages ont commencé à monter sur les crêtes de Hautacam et que l’orage arrivait 😀

Nous avons également rencontré une personne sur le Soum de Basta qui était en train de filmer avec son drone bidouillé et qui nous a dédié un peu de temps dans sa vidéo. Vous la trouverez ci-dessous, ça se passe à la 4ème minute environ. Sa chaîne c’est Michouaia si ça vous dit d’aller y faire un tour.

Cet orage nous aura donc obligé à passer la nuit au pied de la station de ski à l’abri d’un bâtiment car il n’était pas très conseillé de dormir en tente avec cet orage

Pyrénées Longitude Zéro Etape 2 – 10 Août 2019 : Hautacam – Luz Saint Sauveur

Cette deuxième étape devait nous faire partir de Hautacam pour rallier Luz Saint Sauveur en passant par le Lac d’Isaby, puis proche du Pic de Leviste et du Soum Arrouy pour redescendre à Luz Saint Sauveur par le Soum Nère.

Au réveil, nous avons constaté que les nuages de la nuit étaient encore bien présents et surtout qu’ils accrochaient les hauteurs par lesquelles nous devions passer.

Comme il s’agissait d’une étape sans réel chemin bien marqué (du fait que personne ne passe par là à part des bergers) et une partie herbeuse très glissante au dessus des gorges de Luz, nous avons décidé de descendre vers Villelongue afin de faire du stop jusqu’à Luz pour passer les gorges. Cette étape représentait tout de même 11km de descente et 1 100m de dénivelé négatif jusqu’à Villelongue.

Pyrénées Longitude Zéro Etape 3 – 11 Août 2019 : Luz Saint Sauveur – Gavarnie

Après une bonne soirée arrosée 😉 nous avons passé la nuit dans une auberge. Au réveil, de gros coups de tonnerre retentissent et une pluie battante se met à tomber!! L’orage nous suit!

Bref, nous partons tout de même pour notre troisième étape. Nous montons en suivant la route jusqu’au Pont Napoléon puis bifurquons sur le versant Ouest de la vallée en traversant le Gave de Pau.

La pluie ne cesse pas sur les 8 premiers kilomètres (jusqu’au Pont de Sia) mais cela nous offre une ambiance magnifique dans ces belles forêts recouvertes de mousses et lichens. Nous avons même croisées en chemin quelques superbes cascades très photogéniques.

Puis depuis le Pont de Sia nous avons parcouru un peu de route jusqu’à la centrale de Pragnères car nous avons loupé le chemin initialement prévu.

Nous sommes donc montés en direction de Trimbareilles jusqu’au fond du vallon du Bué. A Ayrue, nous devions remonter par un vieux chemin jamais emprunté jusqu’à arriver sur le Plateau de Saugué et redescendre vers Gavarnie. Or, ce chemin je ne l’ai jamais trouvé (je, car Nicolas était descendu vers Gèdre faire du stop pour me rejoindre au Plateau de Saugué car il avait un coup de mous) et après avoir fait le sanglier pendant plus d’1h30 j’ai fini par jeter l’éponge et le rejoindre à Gèdre.

Nous avons donc fait du stop depuis Gèdre jusqu’à Gavarnie. Nous avons fini au Chalet La Grange de la Holle où nous avons passé une très bonne soirée avec d’autres montagnards et où nous avons pu passer une bonne nuit dans un lit.

Cette étape aura donc été de 24km et de 1 300m de dénivelé positif, sans compter la partie en stop.

Pyrénées Longitude Zéro Etape 4 – 12 Août 2019 : Gavarnie – Col de Boucharo

Le Jeudi avant de partir, nous avons appris que le Refuge des Sarradets était encore fermé à cause d’une avalanche cet hiver qui l’a trop endommagé. Nous avons donc espéré que la météo soit de notre côté afin de réaliser un changement d’étape : partir de Gavarnie pour passer la Brèche de Roland et redescendre jusqu’au Refuge de Góriz en Espagne. Or, le mauvais temps nous a encore suivi et il y a une grosse mer de nuages à environ 2 800m d’altitude, qui bouche tous les sommets du Cirque de Gavarnie, et donc la Brèche de Roland.

Nous décidons de patienter un peu autour d’un café et d’un petit déjeuner avec des personnes rencontrées au refuge mais ça n’a pas l’air de vouloir se lever. Nous nous dirigeons vers l’office du tourisme afin de nous renseigner sur la météo à venir et il est prévu que la mer de nuage redescende vers 2 000m d’altitude dans la soirée, chouette! On va se faire un tour dans le Cirque de Gavarnie puis essayer de passer la nuit vers le Col des Tentes (qui est à 2 200m environ) et pouvoir assister à une belle nuit étoilée.

Nous sommes donc montés au Col des Tentes en stop et nous sommes arrivés dans la purée! On s’engage donc en direction du Port de Boucharo en espérant que côté espagnol la météo sera plus favorable. C’était sans compter sur le fait que les nuages ne sont jamais descendus!!! Les nuages du côté français partaient même du côté espagnol comme aspirés par ce col et nous nous sommes retrouvés dans une sorte de tempête. Nous descendons côté espagnol en pensant que cela se calmerait mais rien ne changeait. Nous décidons donc de planter la tente sur un petit replat à côté d’un espagnol qui avait fait de même.

« Todo esta mojado!!!! »

Nicolas

Une fois fini de planter la tente, nous étions trempés jusqu’aux os et les sacs ont presque fini par être inondés aussi, « todo esta mojado! »

Cette étape aura donc été très courte, 7km pour 170m de dénivelé positif, journée repos

Pyrénées Longitude Zéro Etape 5 – 13 Août 2019 : Col de Boucharo – Torla

Cette étape au lieu de commencer au Refuge des Sarradets prends son départ au Col de Boucharo qui descends jusqu’au village de Bujaruello, puis se dirige vers Torla. Une magnifique randonnée de 19km et 1 255m de dénivelé négatif, à travers un paysage minéral multicolore!!

Tout commence par un réveil glacial à 2 200m d’latitude, tout proche du Col de Boucharo. La vue lorsque l’on se retourne vers l’Ouest est impressionnante! On peut voir le lever de soleil qui éclaire le Pic de la Tendeñera, aux couleurs vertes, marrons et blanches. Au dessus de nous, le Col de Boucharo est toujours dans le brouillard, tant pis pour la Brèche de Roland, nous ne sommes pas assez équipés pour le froid et la pluie, nous prenons donc le chemin qui descends vers Bujaruello.

En chemin, nous croisons énormément d’espagnols qui montent au Refuge de Goriz par la Brèche, ils sont beaucoup mieux équipés que nous!

Nous croisons aussi le chemin d’un isard qui remonte la paroi rocheuse en quelques secondes, impressionnant!

La balade se poursuit dans un petit champ d’Edelweiss, cette magnifique fleur au toucher coton.

Nous arrivons maintenant à Bujaruello où l’on retrouve le tourisme de masse, nous faisons une petite halte au bord de l’eau et reprenons notre chemin direction Torla.

Lorsque nous arrivons aux abords du village de Torla, nous tombons face à face avec notre objectif du lendemain : le Cañon de Ordesa!!!

Une bonne nuit de repos au Refuge Lucien Briet dans le village et déjà des pensées plein la tête pour la journée de demain 😀

Pyrénées Longitude Zéro Etape 6 – 14 Août : Torla – Nerín

Magnifique étape que celle-ci!! On a beau connaître le coin par cœur avec Nico, ça reste toujours un plaisir pour les yeux!

Départ donc de Torla et direction Nerín en passant par les hauteurs du flan sud du Cañon d’Ordesa. Nous avons donc commencé par monter par le sentier qui coupe la piste et qui va en direction du Mirador del Molar. Une grosse montée de 1 000m de dénivelé positif sur 6km, mais ça vaut vraiment le coup de faire un petit effort de bon matin à la fraîche!

Ensuite, nous longeons le cañon par la piste tout en profitant de ce moment pour se charger les têtes (et les appareils photos) de superbes images. Une vue sur les profondeurs du Cañon, sur les hauteurs aussi jusqu’à la frontière française, avec tous ses sommets à 3 000m, la Brèche de Roland, le Cylindre, le Monte Perdido, et j’en passe!!

Des dizaines de papillons s’envolent à chacun de nos pas, les Martinets Noirs par centaines font la course dans les airs en nous frôlant, des vautours volent tranquillement au dessus du cañon et même un Gypaète Barbu vient nous rendre visite 😀

Enfin, nous continuons sur la piste qui redescend et finissons cette journée dans notre tente, avec vue sur la Peña Montañesa et le Cañon de Añisclo au coucher de soleil, après une journée de 25km, 1 400m de dénivelé positif et 1 100m de dénivelé négatif, bonne nuit!!

Pyrénées Longitude Zéro Etape 7 – 15 Août 2019 : Nerín – Jánovas

Etape de 22km avec 600m de dénivelé positif et 1 200m de dénivelé négatif.

Au départ, nous descendons du village de Jánovas en direction du fond de la vallée où passe la route allant de Fanlo à Escalona ainsi que le Río Aso. Nous commençons par marcher trop loin sur les cultures en balcon du village, rien de méchant, nous perdons 5 minutes. Arrivés dans le barranco del Aso, nous devons franchir la rivière pour remonter sur la colline boisée en face, or une multitude de chemins partent dans tous les sens et meurent dans de grands arbustes hyper piquants (on le sait on les a tous essayés!!). Nous perdons à cet endroit 1h sur notre journée à tourner dans tous les sens pour trouver le chemin. L’énervement se fait sentir mais nous finissons par trouver le chemin et on va enfin pouvoir avancer.

On monte dans la forêt de pins sylvestres sur une bonne heure et demi avant de parcourir un sentier de 4×4 assez large et herbeux et d’arriver au Cuello Trito. De là, nous prenons la piste qui se dirige vers le petit village de Yeba, où, contre toute attente, nous tombons sur une foule de personnes en plein apéro!!! Et oui c’est le 15 Août, et le village s’est réuni pour une paella!

A peine arrivés là, une personne nous offre 2 bières et l’on commence à discuter avec quelques personnes qui s’intéressent à notre projet. On les laissera ensuite tranquilles pour manger de notre côté mais à proximité du chapiteau où ils se sont tous installés.

Après avoir englouti notre sandwich le chef cuisto nous fait signe de venir le voir et nous sert deux grosses assiettes de paella, ils sont géniaux ces espagnols!!!!

Puis,après avoir péniblement fini notre assiette (plus faim du tout !!) nous reprenons notre chemin direction Jánovas.

Nous passons par des chemins qui descendent au creux du flan Ouest du Pic Nabaín par le petit refuge de la Collata, Las Gargantas et le village abandonné de Puyuelo pour arriver enfin à notre objectif : Jánovas.

Arrivés à Jánovas, Lucí (l’amie d’une amie de Biescas) nous attendait pour nous amener à Aínsa faire quelques courses. Et heureusement!, ma poche à eau venait d’exploser dans mon sac et une inondation était en cours depuis 30min environ. Sac de couchage, habits, sous-vêtements, tout était bien mouillé!

Nous filons donc à Aínsa et pendant que nous faisons nos courses, Luci est partie voir une amie à elle qui travaille non loin de là au bureau des guides Aguas blancas. Nous la rejoignons et lui disons que nous allons nous baigner dans la rivière pour nous laver. Là, Noelia, son amie (qui était au téléphone en train de travailler) lui donne les clés de son appartement pour que nous prenions notre douche, trop sympa!

Nous avons donc passé la soirée avec elles et des amis à elles, super soirée!

Puis Luci nous a ramené à Jánovas et nous avons planté la tente.

Pyrénées Longitude Zéro Etape 8 – 16 Août 2019 : Jánovas – Aínsa

Cette étape devait nous amener de Jánovas jusqu’à Sarsa de Surta. L’étape prévue était d’environ 20km pour 810m de dénivelé positif.

Après nous être lancés sur le chemin qui sort de Jánovas, nous partons en direction d’un petit barranco avec de hautes herbes. Le chemin serpente et se perds assez facilement dans les hautes broussailles et les arbustes piquants et nous contraint à faire de petits détours par moment. Le problème est que plusieurs sentiers empruntés par le bétail partent de toutes part et qu’il nous induisent en erreur. Nous faisons donc plusieurs allers et venues sur ces sentiers mal marqués et trouvons enfin le bon chemin qui nous fait traverser à plusieurs reprises une petite rivière quasi asséchée.

Nous nous engageons ensuite vers le seul chemin visible, qui monte énormément et qui nous fait surplomber le barranco. Par contre j’ai un mauvais pré sentiment car nous partons beaucoup trop vers l’Ouest. Et en effet, ce chemin n’est pas celui que nous devions prendre mais c’était le seul visible!

Nous avons donc parcouru seulement 4km en 2h de marche et de tentatives pour trouver notre chemin.

Nous avons deux options : continuer sur cette piste ou rebrousser chemin et retrouver celui que nous cherchions au départ.

Si nous continuons sur ce mauvais chemin, cela nous fait faire un gros détour mais sur une piste bien marquée. La journée est déjà très chaude à 10h du matin et nous avons pris du retard.

Si nous rebroussons chemin, nous prenons le risque de perdre encore plus de temps car le chemin est très mal entretenu voir pas du tout. Perdre encore plus de temps et d’énergie sur ce chemin ne ferait qu’empirer les choses. D’autant qu’arrivé à Sarsa de Surta, nous n’aurons pas la possibilité de nous ravitailler en nourriture et tous le ruisseaux ici sont secs, il n’a pas plu depuis 3 mois!!! Nous trouvons en plus que ces deux dernières étapes ne sont pas si intéressantes car nous ne sommes plus en montagne et la végétation et le chemin ne nous enchantent pas du tout, le plaisir n’est plus là.

Nous décidons donc de revenir sur nos pas jusqu’à la route proche de Jánovas et de nous faire porter jusqu’à Boltaña en stop pour un petit café réconfortant. Depuis Boltaña il existe une route directe ralliant Alquézar, nous nous plantons donc au bord de cette route pour tenter de faire du stop jusque là bas. Après bien 45min de pouce, toujours rien, nous n’avons pas bougé! Du coup, dernière solution, partir jusqu’à Aínsa en stop pour rejoindre Barbastro et retenter le stop direction Alquézar.

Une personne nous prend assez rapidement et nous dépose à Aínsa, où nous allons directement au bord du Río Cinca nous rafraîchir un peu et laver les habits sales. Là nous retombons sur Noelia qui nous propose de nous héberger cette nuit et nous amener le lendemain après son travail jusqu’à Parzán pour que l’on puisse plus facilement faire du stop vers la France. Elle est géniale cette Noelia!

Au début, nous sommes gênés de profiter encore de sa gentillesse. Nous cherchons un endroit pour dormir, mais semaine du 15 Août oblige, tout est plein à craquer! Obligés donc de changer nos plans et n’allons plus aller jusqu’à Alquézar où ce sera pire. Nous allons donc la retrouver à son travail pour qu’elle nous donne le clés de son appartement et aller nous installer.

La soirée passée avec elle et ses amis dans la vieille ville sur le hauteurs d’Aínsa aura donc été un très bon moment d’échange.

Le lendemain, elle nous appelle depuis son boulot pour nous demander si l’on peut aider un italien (Stefano) qui voyage à pied depuis Barcelone. Il veut passer côté français jusqu’à Lourdes. Comme quoi les rencontres ne se font jamais par hasard!!!

Nous le rejoignons donc dans un bar et lui faisons un bel exposé bien détaillé de ce que nous avons fait comme parcours depuis Lourdes, ainsi que des autres possibilités qu’il peut avoir pour traverser les Pyrénées. Il repartira ravi de toutes ces infos.

Noelia nous amène ensuite à 13h30 jusqu’à Parzán et nous commençons le stop. 5 minutes plu tard, j’aperçois deux françaises qui sortent d’un magasin et me dirige vers elles. Elles rentrent sur Toulouse, nickel, on monte avec elles! Elles nous déposent à Arreau au pied de la route qui monte vers le Col d’Aspin. De là, nous faisons environs 15min de stop jusqu’à ce qu’une Toulousaine nous prenne. Elle va jusqu’à Payolle, parfait. A Payolle, nous avons fait 3min de pouce et un couple de triathlètes nous prends. Ils me déposent juste devant chez moi à Bagnères de Bigorre et vont déposer Nicolas chez lui à Tarbes! Super sympas!

Au final, nous auront mis 3h pour rentrer de Parzán à chez nous.

Conclusion

Au total, nous avons donc réalisé un trek d’environ 160km, 6 056m de dénivelé positif et 6 457m de dénivelé négatif.

Ce fut une expérience humaine et physique exceptionnelle malgré la mauvaise météo et les chemins inexistants. Nico et moi avons renforcé notre relation amicale et montagnarde, nous avons rencontré beaucoup de personnes exceptionnelles et vécu des moments difficiles mais aussi des fous rires!

On refait ça sur un autre itinéraire quand tu veux Nico!!

Ci-dessous, une petite vidéo récapitulative de nos ressentis et des moments vécus. C’est une vidéo basique et réalisée avec mon portable mais je trouve qu’elle résume bien notre périple.

Et maintenant, dans une semaine direction les Alpes autour du Mont Blanc, sûrement quelques belles photos à venir!!!!!!

N’hésitez surtout pas à laisser vos commentaires et à partager cet article s’il vous a plu, ça fait toujours plaisir 😉

A bientôt!

Johan

8 commentaires sur “Traversée des Pyrénées Longitude Zéro

  1. Merci pour ce partage … partir à 2 c’est très bien … le risque zéro n’existe pas !!! Très sympa cette vidéo, on se rend compte visuellement de votre parcours … bonne continuation et à bientôt pour de nouvelles aventures !!!
    ps: très belles vos photos !!+

    1. Merci beaucoup pour ce commentaire. Oui c’était une chouette expérience et on espère pouvoir refaire plusieurs autres expériences de ce type. 😁

    2. Amigo, hacia rutas salvajes! Sabiendo aceptar las limitaciones y disfrutando igualmente de los cambios. Me alegra haber contribuido a que tuvieseis nuevas experiencias en el viaje gracias a Luci. Es maravilloso conocer gente bonita en el mundo, y poder compartir aventuras.
      Que no pareis de hacer mas rutas cargadas de enseñanzas y aprendizajes, porque en la naturaeza es donde está nuestra verdadera esencia…

  2. Salut à toi Johan…on s’est croisé en début de traversée, le 9 Aout…(michouaia avec son drone bidouillé…), on dit que rien n’arrive par hasard et je pense que c’est vrai. On a parlé du trail Bagnères- Lourdes qui a lieu le 14 Septembre, j’avais prévu de le faire avec mes caméras la prochaine saison, mais la rencontre avec vous deux m’a fait me renseigner et j’ai appris que le sens de la course est inversé chaque année (je suis beaucoup plus intéressé par le final à Lourdes de cette année pour cette prochaine vidéo…).
    Donc je suis en pleine investigation, évidemment votre traversée des Pyrénées est très intéressante, et me donnera matière à parler au final de la course…je me suis donc procuré le bouquin de Bruno Valcke « Pyrénées Longitude Zéro »…un auteur que je connaissais déjà pour ses parutions dans le secteur sur les sentiers d’émilie et ton récit sur cette traversée est un excellent complément…de superbes photos au passage…vraiment.
    Un grand merci pour avoir citer ma chaîne youtube dans ton récit, ainsi que ton geste sur cette dernière.
    Et peut-être au plaisir de se croiser sur une course…!

    1. Génial !!! Je me souviens très bien de toi biensur on t’as croisé vers le Soum de Basta, au tout début de notre traversée 😁
      Écoute je te remercie également pour ton super commentaire ça fait plaisir et si jamais tu viens vers Bagnères n’hésite surtout pas, à bientôt 😉

  3. Bonjour Johan,
    Je sais pas si tu te souviens de moi mais nous étions ensemble en seconde au lycée PMF. Bref moi je m’en souviens, et c’est marrant parce que je connais également Nicolas qui était dans la promo infirmière juste après moi!! Tu lui passeras le bonjour à l’occasion!
    Vous avez effectué là un magnifique périple qui donnne vraiment envie de passer à de long trek comme celui-ci plutôt que de continuer sur de simples randonnées journalières!!
    C’est magnifique, continue comme ça et peut être à bientôt sur quelques chemins caillouteux…
    Mathieu Guirette

    1. Salut Mathieu, je me souviens très bien de toi oui biensur 😁
      Écoute je suis content que ce périple t’inspires et si tu veux on pourra s’en faire un ensemble avec Nicolas puisque tu le connais aussi, ça pourrait être génial !!
      Je ne manquerais pas de lui passer le bonjour.
      A bientôt certainement alors 😁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *